Qu’est-ce qu’un dividende ?

Qu’est-ce qu’un dividende ?

Qu’est-ce qu’un dividende ?

Dans cet article, j’explique les concepts de base à connaitre pour comprendre les dividendes :

  • Qu’est-ce qu’un dividende ?
  • Le rendement du dividende
  • Comment percevoir un dividende ?
  • Le ratio de de distribution
  • La croissance du dividende
  • La baisse du dividende

Une fois que vous avez ces bases, nous verrons ensuite comment construire un portefeuille qui génère dividendes.


1 – Qu’est-ce qu’un dividende ?

Une compagnie qui réalise un profit peut l’utiliser de trois façons :

  • Investir pour croître
  • Placer du cash en réserve pour renforcer sa position financière
  • Payer des dividendes aux actionnaires pour les récompenser de leur investissement.

Un dividende, c’est la part des profits de l’entreprise qui est distribuée aux actionnaires. En effet, acheter l’action d’une entreprise cotée en bourse vous donne le droit de recevoir une partie de ses bénéfices.

Bien que la plupart des entreprises réalisent des profits, toutes ne payent pas de dividendes. En général, les grosses entreprises bien établies dans leur secteur payent des dividendes, tandis que les jeunes entreprises en croissance préfèrent réinvestir leurs profits pour croître.

Pour savoir si une entreprise paye un dividende, allez sur fr.finance.yahoo.com et tapez le nom de l’entreprise qui vous intéresse, par exemple Total.

Regarder la section “Dividende et rendement à terme“, le chiffre correspond au montant du dividende par action annuel.

Si cette case n’est pas renseignée, cela signifie que l’entreprise ne verse pas de dividende.

Avez-vous remarqué qu’il y a un pourcentage en parenthèse à côté du montant du dividende ? Ce chiffre représente le rendement du dividende.


2 – Le rendement du dividende

Le rendement du dividende est le pourcentage de dividende que vous recevez par rapport au prix de l’action. Imaginez cela comme le taux d’intérêt que vous percevez pour votre investissement.

Par exemple, si l’action de l’entreprise A vaut $100 et que son dividende annuel est de $1, le rendement du dividende est de 1%. Si l’action de la compagnie B vaut $50 et que son dividende annuel est de $1.50, le rendement du dividende est de 3%.

A première vue, un rendement élevé est plus attractif qu’un rendement faible, mais détrompez-vous : Cela ne signifie absolument pas qu’il s’agisse d’un meilleur investissement !

Parfois, un rendement est élevé parce que le prix de l’action est en chute libre. Cela se produit quand les investisseurs vendent leurs actions parce que l’entreprise est en difficulté ou en passe de l’être.

Si vous ignorez les fondamentaux et acheter l’action uniquement pour le rendement élevé, vous courez le risque d’acheter des parts d’une entreprise en déclin, confrontée à des gros soucis financiers, voire au risque de banqueroute. Ainsi, le dividende sera peut-être réduit ou éliminé, le cours de l’action chutera et vous perdrez beaucoup d’argent. C’est ce qu’on appelle un piège au rendement.

En règle générale, les compagnies solides payent un dividende de l’ordre de 1-4%.

Bien entendu, chaque règle a son exception. Certaines entreprises qui ont des formes juridiques particulières payent des dividendes plus élevés que la normale. Par contre, ces dividendes sont parfois soumis à un taux d’imposition plus élevé. De plus, ces entreprises sont parfois contraintes de réduire leurs dividendes si elles ont un besoin urgent de liquidité.

En somme, le rendement d’un dividende est souvent proportionnel au risque qu’il soit réduit ou éliminé. Comme toute chose en bourse, il faut faire un arbitrage risque-gains pour déterminer si l’investissement correspond à votre profil d’investisseur.

Maintenant que vous savez ce qu’est un dividende et combien cela peut rapporter, vous devez vous demander : Comment faire pour le toucher ?


3 – Comment percevoir un dividende?

En général, les entreprises versent leur dividende de façon trimestrielle, soit quatre fois par an. Cela dit, d’autres font le choix de distribuer leur dividende de façon annuelle, biannuelle ou même mensuelle.

Comment savoir quand un payment est prévu ?

Une compagnie déclare le montant et la date de versement du dividende lorsqu’elle présente ses résultats trimestriels. C’est ce qu’on appelle la date de déclaration. Toutefois, pour bénéficier du paiement, vous devez satisfaire certaines conditions.

Premièrement, l’entreprise vous oblige à être propriétaire de l’action à une date spécifique avant la date du paiement. Si vous achetez l’action le jour même ou après cette date, vous ne bénéficierez pas du versement. C’est ce qu’on appelle le ex dividend date.

Ensuite, même si vous avez acheté l’action avant l’ex dividend date, vous devez toujours détenir l’action à la date d’enregistrement. C’est le jour où l’entreprise prend note du nom des actionnaires éligibles au versement du dividende. Cette date intervient le lendemain de l’ex dividend date.

Ainsi, pour bénéficier du versement du dividende, vous devez acheter l’action un jour avant l’ex-dividend date.

Comment savoir combien je vais toucher ?

En gros, vous recevez un dividende proportionnel à votre part d’actionnariat dans l’entreprise.

Si l’entreprise a 1000 actions en circulation et que vous détenez 10 actions, vous êtes actionnaires à hauteur de 1%. Ainsi, si la compagnie distribue $1 million de dividendes, votre actionnariat vous donne droit à un paiement de $10K.

Un autre moyen, encore plus simple, de savoir combien vous toucherez est de regarder le dividende versé par action. Si vous détenez 10 actions et que le dividende par action est de $0.25, vous recevrez un paiement de $2,5.

Quelle est le taux d’imposition d’un dividende ?

Dans la plupart des pays, les dividendes sont imposés soit comme des revenus, soit comme des plus-value.

En France, les dividendes sont généralement soumis à un impôt global de 30%, constitué du :
-> Prélèvement forfaitaire de 12,8%
-> Prélèvements sociaux de 17,2%

Toutefois, vous pouvez opter pour une imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Vu que vous renseignez votre pays de résidence et votre numéro fiscal lors de votre inscription chez votre broker, celui-ci prélèvera directement l’impôt à la source lorsque vous recevez le dividende.

Même si le broker prélève directement le dividende à la source, renseignez-vous bien sur la politique d’imposition des dividendes du pays dans lequel vous résidez afin de a) être sûr que le broker ne prélève pas plus qu’il ne doit et que b) vous êtes en conformité avec la législation en vigueur.

Cela dit, la plupart des pays vous donnent l’opportunité d’investir dans des comptes à fiscalité allégée ; dans ce cas, vos dividendes bénéficient d’un taux d’imposition préférentiel.

Puis-je acheter une action avant l’ex-dividend date et la revendre le lendemain ?

Cette stratégie s’appelle la capture de dividende.

En théorie, vous pouvez acheter une action la veille de l’ex-dividend et la vendre dès que votre paiement est programmé. Malheureusement, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Le problème avec cette théorie est que le prix de l’action baisse immédiatement après l’ex-dividend date du montant égal au dividende versé. Si une compagnie annonce un dividende de $1 par action, le prix de l’action baissera de $1, ce qui annulera les gains du dividende perçu.

Certains traders expérimentés arrivent à gagner de l’argent avec cette stratégie, mais les débutants auront du mal à réaliser des profits en suivant cette voie. Il est donc fortement déconseillé d’essayer.

Savoir qu’une entreprise paye un dividende n’est pas la fin de l’histoire. Vous devez aussi vous demander : quelle pourcentage de ses profits l’entreprise consacre-t-elle au dividende ?


4 – Le ratio de distribution

La part des profits que l’entreprise verse aux actionnaires s’appelle le ratio de distribution.

Par exemple, si l’entreprise A déclare $100 million de résultat net et paye $50 million de dividendes, le ratio de distribution est de 50%. Si l’entreprise B déclare $150 million de résultat net et verse $110 million de dividendes, le ratio est de 73%.

Le ratio de distribution est utile pour mesurer la part de cash que l’entreprise consacre à ses actionnaires comparé à l’investissement, au remboursement des dettes et à l’augmentation de ses réserves de cash.

Les entreprises très matures qui ont d’importants avantages compétitifs peuvent se permettre d’avoir des ratios de distribution élevés. En effet, elles réalisent des profits tellement faramineux qu’investir même 20% de leurs bénéfices suffit pour financer leur croissance et rester compétitif.

A contrario, les compagnies plus jeunes ont souvent des ratios de distribution plus faibles car elles ont besoin d’investir des grosses sommes d’argent pour financer leur croissance. Elles augmentent leur ratio une fois qu’elles ont atteint une taille critique.

Quel est le ratio de distribution idéal ?

Il n’existe pas de ratio de distribution idéal valable pour toutes les entreprises. Toutefois, il existe certaines règles d’ordre général à mentionner.

Tout d’abord, comme je l’ai déjà dit, le niveau de maturité de l’entreprise est primordial. Est-elle un leader de son industrie et possède-t-elle des avantages compétitifs majeurs ? Ou est-elle jeune et encore en croissance, sur un marché hyper concurrentiel ? La première peut se permettre de payer la majorité de ses profits en dividendes (parfois jusqu’à 80%) tandis que la deuxième ne peut pas (ratio inférieur à 20%).

Ensuite, la forma juridique de la compagnie est déterminante. Par exemple, les REITs (Real Estate Investment Trusts), MLPs (Master Limited Partnerships), et BDCs (Business Development Company) ont l’obligation légale de verser 90% de leurs profits sous forme de dividendes.

Enfin, le secteur d’activité est un facteur important. Certains secteurs d’activité requièrent d’importants investissement pour croître et développer des avantages compétitifs par rapport aux concurrents. Par exemple, le secteur de la technologie est notoire pour les faibles dividendes que versent ses entreprises. De plus, c’est un secteur à très forte croissance qui génère d’importants retours sur investissement sous forme de valorisation du prix des actions.

A contrario, d’autres secteurs moins gourmands en capitaux permettent aux entreprises de verser des dividendes plus importants à leurs actionnaires. Par exemple, le secteur du tabac est reconnue et apprécié des investisseurs pour les généreuses dividendes qu’il verse.

Pourquoi certaines entreprises ont-elles un ratio de distribution supérieur à 100% ?

Une entreprise qui a un ratio de distribution supérieur à 100% verse plus de dividendes qu’elle ne génère de bénéfices.

Par exemple, une entreprise qui déclare $100 million de résultat net et qui verse $150 million de dividendes verse $50 millions de plus qu’elle ne gagne. Ainsi, son ratio de distribution est de 150%.

Comment est-ce possible ?

Certaines entreprises ont un ratio de distribution supérieur à 100% pour diverses raisons :

i) La compagnie déclare des résultats plus faibles que prévus et paye le dividende habituel en puisant dans ses réserves de cash.

ii) La compagnie a un long historique de paiement de dividendes – ou l’intention d’honorer ses paiements aux actionnaires à tout prix – et emprunte de l’argent pour payer le dividende si ses résultats financiers sont décevants.

Un ratio supérieur à 100% est-il tenable ?

Sur le court terme, oui. Une entreprise peut verser plus de dividendes qu’elle ne génère de profits à condition d’avoir des réserves de cash suffisantes ou d’avoir accès à l’emprunt.

Par contre, sur le long terme, ce n’est clairement pas tenable. Aucune entreprise ne peut verser plus de dividendes qu’elle ne génère de profits indéfiniment ; c’est mathématique.

Ainsi, si la situation financière de l’entreprise ne justifie pas le paiement du dividende, la direction prendra la décision difficile mais nécessaire de le réduire. Si l’entreprise est en péril financier ou au bord de la banqueroute, le dividende sera complètement éliminé afin d’utiliser ces liquidités pour des considérations plus urgentes.

C’est votre responsabilité d’investisseur d’analyser la politique de dividende de l’entreprise qui vous intéresse afin de vous assurer qu’elle est tenable à long terme.


5 – La croissance du dividende

Je me répète : N’oubliez jamais qu’un dividende est payé par les profits d’une entreprise !

Comme vous le savez, les entreprises bien gérées augmentent leurs profits au fil du temps. Naturellement, cela leur permet d’augmenter le dividende versé aux actionnaires.

Comme vous pouvez l’imaginer, les actionnaires aiment les augmentations de dividende car cela augmente le rendement sur prix (yield on cost).

Le rendement réel

Le rendement réel (yield on cost) vous permet de calculer le rendement réel du dividende. Pour ce faire, divisez le dividende actuel par votre prix moyen d’achat de l’action en question.

Si vous avez acheté une action pour $100 il y a 2 ans et que le dividende était de $1 par action : Le rendement était alors de 1%. Imaginons qu’aujourd’hui l’action vaut $150 et que le dividende est de $1.50. A priori, le rendement est toujours de 1%. Or, vous avez acheté l’action au prix de $100. Ainsi, votre yield on cost est 1,5%.

Le yield on cost est un indicateur important parce qu’il vous permet de mesurer la croissance du rendement du dividende au fil du temps.

Vous pouvez également utiliser la croissance annuelle moyenne du dividende pour établir une projection future de votre yield on cost. Si l’action coute $100 et que le rendement actuel du dividende est de 1%, vous pouvez penser que c’est une mauvaise affaire.

Par contre, si vos voyez que a) l’entreprise a un modeste ratio de paiement de 25% et que b) l’entreprise augmente le dividende de 25% par an en moyenne, vous réalisez tout à coup que cette action a un fort potentiel. En effet, si vous achetez l’action maintenant, dans 3 ans votre rendement sur prix sera de 3% et dans 10 ans il sera de 9%. Tout à coup, l’affaire parait plus intéressante.

Quels sont les inconvénients d’une augmentation de dividende ?

Parfois, les investisseurs voient les augmentations de dividendes d’un mauvais œil. En effet, augmenter le dividende signifie que l’entreprise sacrifie d’autres dépenses.

Par exemple, une politique aggressive d’augmentation de dividende réduit le budget disponible pour l’investissement et le remboursement de la dette. Cela peut avoir des conséquences négatives sur ses perspectives à long terme.

En fait, les investisseurs veulent l’assurance que l’entreprise a les moyens de payer le dividende sur le long terme. Ils ne veulent pas sacrifier le dividende futur pour une augmentation à court terme du dividende. Cela parait a priori contre-intuitif, mais ils préfèrent recevoir un dividende plus faible si cela garanti sa pérénnité


6 – La diminution du dividende

Vous souvenez-vous que les dividendes sont payés des profits ou des réserves de l’entreprise ?

Naturellement, un dividende n’est pas garanti à perpétuité. Chaque trimestre, de nombreuses entreprises réduisent ou éliminent leur dividende, faute de moyens de pouvoir l’honorer. C’est d’autant plus le cas en période de crise économique.

Pendant la crise du COVID-19, beaucoup d’entreprises très connues (et normalement très fiables) ont pris la décision d’éliminer leur dividende : Wells Fargo, Disney Corporation, Carnival Cruise Lines, Airbus, HSBC, Goodyear, ou encore Rolls Royce, pour ne citer qu’eux.

Logiquement, les entreprises qui versent des dividendes élevés, tels que les REITs, sont souvent les premières à réduire ou éliminer leur dividende pendant ces périodes de troubles.

Ainsi, l’investisseur averti diversifie son portefeuille pour s’assurer qu’une réduction ou élimination d’un dividende ne détruise pas son portefeuille. Ceci est particulièrement important pour les retraités qui dépendent des dividendes pour vivre. Si vous êtes surexposé à une certaine action au fort rendement, et que celle-ci coupe son dividende, vous vous retrouverez dans une situation précaire.

Dans mon prochain article, nous verrons comment construire un portefeuille de produits qui génère des dividendes, ainsi que les stratégies à mettre en place pour maximiser vos rendements, sans prendre trop de risques.


MERCI d’avoir lu cet article.

AIMEZ LE si vous l’avez apprécié.
INSCRIVEZ-VOUS A MA NEWSLETTER pour être notifié des prochaines publications.
LAISSEZ UN COMMENTAIRE pour lancer une discussion.


Recevez nos actualités directement dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité


Clause de non-responsabilité : Les articles publiés sur ce blog sont le résultat de mes propres recherches et ne doivent pas être interprétés comme des conseils d’investissement ou des recommandations financières. Faites toujours vos propres recherches avant d’investir dans un actif. Au besoin, consultez un conseiller financier professionnel.

Tim Bandou

Tim Bandou

2 commentaires sur “Qu’est-ce qu’un dividende ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonne-toi à ma newsletter

Holler Box