Comment créer une stratégie solide pour investir en bourse ?

Comment créer une stratégie solide pour investir en bourse ?

Investir en bourse, ce n’est pas comme aller au casino.
La bourse est un instrument qui vous permet de faire fructifier votre capital et de générer un patrimoine.
Pour ce faire, il faut évaluer créer un plan financier.



La bourse n’est pas un casino. C’est un instrument qui vous permet de faire fructifier votre capital et de générer un patrimoine. Imaginez-là comme une banque qui vous propose différents produits financiers. Chaque produit possède des caractéristiques propres qui permettent d’obtenir des résultats différents.

Ainsi, chaque produit n’est pas forcément adapté à chaque investisseur.

C’est pourquoi il vous faut une stratégie qui vous permettra d’allouer vos ressources de manière optimale et de réaliser vos objectifs financiers. Pour ce faire, il faut évaluer créer un plan financier.

Ce plan tient compte votre âge, votre patrimoine, votre situation professionnelle, votre situation maritale, votre barème d’imposition, votre tolérance au risque, et bien d’autres facteurs. Plus on a de détails sur votre situation, plus on peut implémenter des stratégies précises.

En outre, un bon plan doit :

  • Être réalisable.
  • S’adapter aux changements de mode de vie et des revenus.
  • Ne pas être intimidant.
  • Permettre de financer des dépenses de plaisir et des récompenses.

Chaque personne aura un plan unique et des objectifs particuliers. Par contre, le processus pour créer la stratégie est la même pour tous. Dans cet article, je vais vous présenter les fondements théoriques de l’implémentation d’une stratégie financière personnalisée.


1. Analyser votre situation


La première étape consiste à analyser votre situation actuelle et vous projeter dans le futur.

Afin de déterminer vos besoins, vous devez analyser les 5 éléments suivants :

  • Objectifs financiers
  • Situation financière
  • Circonstances personnelles
  • Niveau de connaissance boursier
  • Tolérance au risque

Ces éléments sont interconnectés.

  • Objectifs financiers

Vos objectifs peuvent être très précis. Par exemple : J’aimerai prendre ma retraite à 55 ans ou lorsque je prendrai ma retraite dans 20 ans, j’aurai besoin de €60K de revenus annuels.

Comment vous déterminez vos objectifs dépend de votre psychologie (notamment votre capacité à prendre des risques) et à votre capacité d’épargne.

De plus, vos objectifs sont souvent liés à votre âge ou à votre positionnement dans les divers stages de la vie. Fixez-vous des objectifs réalistes. Par exemple, si vous avez 40 ans et que vous gagnez €40K par an, espérer générer €1 million de dividendes à l’âge de 60 ans ne sera pas réalisable, à moins de prendre des risques considérables (sans aucune garantie d’obtenir les résultats escomptés). De même, quelqu’un qui gagne €180K par an ne pourra peut être pas générer $1 million de dividendes annuels s’il ne veut pas prendre un minimum de risques.

  • Situation financière

Votre situation financière est une considération essentielle.

En effet, vos finances déterminent combien vous pouvez investir ainsi que le niveau de risque que vous pouvez assumer. En général, plus vous avez de capital, plus de risques vous pourrez prendre et meilleurs seront vos résultats à long terme. Votre situation s’améliore au fur et à mesure que votre portefeuille prend de la valeur, que vous générez un surplus de revenu de votre emploi et investissement par rapport à vos dépenses et de la stabilité de votre situation professionnelle.

  • Situation personnelle

La situation personnelle permet de déterminer le niveau d’épargne qu’un individu peut consacrer à l’investissement. Un célibataire et un couple peuvent être des épargnants ou des consommateurs selon leur mode de vie. Mais, en général, les gens avec des dépendants sont des consommateurs tandis que  les gens plus âgés sont des épargnants.

  • Connaissances boursières

Vous devez impérativement faire un état des lieux objectif de vos connaissances en investissement. Pour faire simple, moins vous avez de connaissance, moins vous devez assumer de risque.

Cela tient au fait que vous ne pouvez pas tolérer le risque si vous ne comprenez entièrement pas les actifs dans lesquels vous investissez et si vous n’avez aucune expérience avec des facteurs tels que la volatilité ou la liquidité d’un actif donné, ou encore que vous n’avez jamais navigué les marchés en période de crise économique ou financière.

Alors soyez honnête avec vous-même.

  • Tolérance au risque

Vous ne pouvez pas investir sans connaître votre tolérance au risque.

Le risque est la volatilité potentielle des rendements ou la fourchette de variation potentielle du prix d’un actif. Par exemple, les obligations du gouvernement américain sont considérées comme étant quasiment sans risque.

A l’autre extrême du spectre, les produits dérivés sont considérés comme étant beaucoup plus risqués car le risque de perte est plus élevé. La majorité des produits ont un niveau de risque qui se situe entre ces deux extrêmes. Il faut impérativement connaître le niveau de risque des actifs dans lesquels vous souhaitez investir afin de vous assurer qu’ils sont adaptés à votre situation.

Avoir une tolérance ou aversion au risque dépend largement de votre psychologie.

Cela dépend aussi de votre niveau de connaissance des investissements que vous voulez acheter. De plus, un changement de votre situation personnelle, comme l’arrivée d’un nouveau-né, peut aussi avoir un impact significatif sur votre tolérance au risque. Aussi, la tolérance au risque est fortement liée à votre âge : les individus plus jeunes ont une tolérance au risque plus élevée que les individus plus âgés.

Enfin, la grande majorité des gens ont une forte aversion au risque, peu importe ce qu’ils disent ou prétendent. La majorité des investisseurs n’assumera un risque élevé uniquement si le rendement potentiel est vraiment élevé.


2. Choisir les produits adaptés


Faire l’état des lieux de votre situation personnelle est la première étape de l’élaboration d’une stratégie financière. La seconde étape consiste à choisir les produits qui sont adaptés à vos besoins.

Cela veut dire qu’il faut comprendre les caractéristiques des produits que vous souhaitez acheter. Il faut comprendre comment le produit est construit et comment il pourrait se comporter dans les différentes conditions du marché, les frais qui sont associés, l’imposition ou les éventuels avantages fiscaux du produit et les plus-value et revenus qu’il peut générer..

Une fois que vous comprenez le produit, vous saurez s’il est adapté à votre situation.

Il s’agit ici de savoir si le profil risque-rendement du produit est adapté à vos objectifs et à votre psychologie. Cela vous permettra d’évier les mauvais investissements. 

Par exemple, un investisseur avec une aversion au risque ne devrait pas acheter un ETF qui est composé d’entreprises à faible capitalisation boursière. A l’inverse, un investisseur qui a une tolérance au risque élevée et qui veut générer d’importantes plus-value ne devrait pas investir la majorité de son capital dans un ETF obligataire de pays développés.

Maintenant que nous avons présenté les éléments à prendre en considération, passons en revue les différents éléments d’un plan financier.


3. Implémenter une stratégie et faire le suivi


Une fois qu’on a analyse sa situation, il faut implémenter un plan d’action.

Certaines recommandations peuvent être immédiates, comme l’ouverture d’un Livret A, tandis que d’autres peuvent être à plus long-terme, comme investir périodiquement dans un ETF qui traque la performance d’une grande place boursière.

L’implémentation de votre plan dépend des facteurs que vous aurez analysés au préalable. Ainsi, certains investisseurs décideront d’investir une somme fixe tous les mois, tandis que d’autres investiront qu’une fois par an, d’autres une fois par trimestre, etc.

Si vous souhaitez un accompagnement pour élaborer une stratégie adaptée à vos besoins, contactez-moi par email : tdidierbandou@gmail.com.


4. Exemple de stratégie


Je vais prendre l’exemple d’un individu qui s’appelle Jean-Jacques.

Il a 30 ans, est célibataire, a un CDI et gagne 1900€ nets par mois.

De plus, il a une capacité d’épargne de 400€ mensuels et une tolérance au risque relativement élevée. Il est prêt à supporter un certain niveau de volatilité afin d’espérer obtenir des rendements élevés. Toutefois, il est en couple pense se marier d’ici les deux prochaines années. A ce moment là, il voudra épargner pour un apport immobilier afin de financer l’achat d’une résidence principale.

Il souhaite donc établir un portefeuille avec une partie axée sur la croissance à long terme et une partie axée sur la préservation de capital à moyen terme.

Voici donc la composition du portefeuille que Pierre souhaite établir :

  • 70% croissance à long terme
  • 30% épargne pour l’apport immobilier

Ainsi, Paul va consacrer 280€ à ses investissements boursiers et 120€ à son apport immobilier.

Pierre va donc faire deux choses :

  • Ouvrir un PEA afin de construire son portefeuille d’investissement à long terme.
  • Plutôt que d’ouvrir un PEL, Pierre va investir son apport immobilier dans un fonds Sicav obligataire qui génère un rendement légèrement supérieur au PEL. Bien que cet actif présente un risque plus élevé que le PEL, le rendement sera certainement supérieur. De plus, Pierre a un horizon d’investissement assez long, d’environs 5 ans, donc il est prêt à prendre un peu de risque. Enfin, il sait que la vente de ce fond Sicav dans 5 ans sera partiellement exonéré d’impôts.

Dans son PEA, il décide de répartir son capital dans les produits suivants :

  • 100€ dans un ETF Amundi World, pour bénéficier de la croissance mondiale.
  • 100€ dans un ETF S&P 500, pour être exposé à la croissance de l’économie américaine
  • 80€ dans ETF Nasdaq-100, pour avoir une exposition aux 100 plus grosses sociétés non-financières cotées sur le Nasdaq.

Ensuite, il décide d’investir 120€ par mois dans son fonds Sicav obligataire afin d’obtenir un apport immobilier. Il espère donc avoir minimum 7.200€ dans 5 ans, sans compter les éventuels plus value. Si sa compagne fait de même, ils auront plus de €14K à eux deux, ce qui pourrait leur permettre de financer l’achat de leur résidence principale.


Voulez-vous créer votre propre plan financier ?

Je peux vous aider !

Contactez-moi pour obtenir un devis. Envoyez un email à tdidierbandou@gmail.com


Recevez nos actualités directement dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité

Tim Bandou

Tim Bandou

Un commentaire sur “Comment créer une stratégie solide pour investir en bourse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.