La pyramide de la planification financière

La pyramide de la planification financière

La pyramide de la planification financière permet de hiérarchiser
les besoins en fonction de certaines priorités bien définies.



Comprendre l’approche de la planification financière est essentiel pour réussir en bourse. Cette approche implique une analyse de votre âge, patrimoine, situation professionnelle, circonstances personnelles, imposition, considérations de succession, tolérance au risque, objectifs financiers, et tout autre considération qui pourrait influencer votre éventuelle stratégie.

En outre, la discipline et l’auto-analyse requises pour créer un plan financier vous aidera à mieux comprendre vos objectifs et maximiser vos chances de les atteindre.

J’ai déjà parlé de la théorie du Cycle de la Vie qui peut vous aider a mieux comprendre les fondements de la stratégie boursière et financière.

Aujourd’hui, je vais présenter un autre outil : La pyramide financière.


La pyramide financière


La pyramide de la planification financière représente les différentes étapes de l’élaboration d’une stratégie d’investissement long-terme.

La pyramide de la planification financière permet de hiérarchiser 
les besoins en fonction de certaines priorités bien définies.

Ce qu’il faut comprendre tout d’abord c’est que la planification financière s’appréhende comme la construction d’une maison, d’un bâtiment ou d’une pyramide : On commence par les fondations et on construit progressivement, jusqu’à ce qu’on atteigne le sommet.

Logiquement, on ne peut pas construire le sommet avant d’avoir posé les fondations : Investir dans des métaux précieux alors qu’on n’a pas de fonds d’urgence n’a aucun sens. Puisque les fondations n’ont pas été posées, la stratégie sera instable et risque de s’écrouler en cas d’imprévu.

Analysons maintenant du plus près chaque étape de la pyramide.


Les fondations – La sécurité


La première marche de la pyramide de la planification financière s’occupe de la sécurité : Les assurances et les testaments. Ce sont deux questions qui n’intéressent pas grand monde, et pourtant elles sont essentielles.

La première marche de la pyramide de la planification financière concerne les assurances et les testaments.
  • Les assurances

Lorsque vous êtes dans le stade 1 de la vie, c’est-à-dire l’entrée dans la vie active, les assurances n’ont guère d’importance. En effet, ce stade, vous n’avez aucunes obligations familiales et personne d’autre que vous dépend de votre salaire pour vivre. En revanche, dès que vous entrez dans le stade 2, c’est à dire le stade des obligations familiales, les assurances prennent tout leur sens.

Les assurances-décès et les assurances invalidité sont particulièrement importantes et constituent la base d’une stratégie financière à long-terme.

Posez-vous les questions suivantes : S’il vous arrive un pepin (par exemple une mort soudaine), souhaitez-vous que votre famille soit prise en charge ? Comment votre épouse va-t-il ou va-t-elle finir de payer l’hypothèque de votre résidence principale si vous ne pouvez plus travailler et générer un revenu ?

Avoir une bonne assurance permet de vous protéger contre ces imprévus.

A ce stade, on parle aussi des autres types d’assurances, telles que les assurances automobile, habitation. On parle aussi des assurances-vie, qui sont essentiellement des produits d’épargne, mais qui possèdent divers avantages qui les rendent incontournable lorsqu’on parle de planification financière à long-terme.

  • Le testament

Similaire à l’assurance-vie. Au fur et à mesure que notre patrimoine augmente, il faut clairement définir qui va hériter de quoi afin d’éviter les batailles entre successeurs et assurer une clarté sur notre situation patrimoniale. Cela permet aussi de lancer la conversation sur la transmission du patrimoine, ce qui enclenche une réflexion autour de la fiscalité des placements.


La deuxième marche : L’indépendance


L’indépendance fait référence au fait de ne rien devoir a personne et de pouvoir librement investir et faire croitre votre patrimoine.  

la deuxième marche de la planification financière concerne l'achat d'une maison, l'épargne retraite, le fonds d'urgence et l'élimination des mauvaises dettes.

On fait donc référence aux éléments suivants :

  • Se constituer un fonds d’urgence pour faire face aux dépenses imprévues.
  • Rembourser ses dettes pour libérer du cash-flow qui permet d’épargner et d’investir.
  • Acheter une résidence principale pour devenir propriétaire et se constituer un patrimoine.
  • Ouvrir un PER (France), un RRSP (Canada) ou un 401K/Roth IRA (USA) pour préparer le financement de votre retraite.

Ces 4 éléments sont très important et doivent être appréhendés avec sérieux avant de passer à l’étape suivante.


La troisième marche : L’investissement conservateur


Cette marche concerne les investissements à faible risques.

On parle ici des :

  • Comptes épargnes à intérêts élevés
  • Certificats de dépôt
  • Obligations
  • Actions de préférence
  • Les ETF et les fonds communs de placement à faible risque.
La troisième marche de la pyramide de la planification financière concerne les investissements au profil de risque modéré.

Certes, les taux d’intérêts sont actuellement très bas et rendent la plupart de ces investissements pas attractifs. Néanmoins, ils conservent une importance dans l’allocation d’actifs et la diversification. Ils sont aussi importants pour les investisseurs ultra conservateurs et les retraites. Enfin, il se peut que ces produits reviennent au gout du jour si les banques centrales augmentent leurs taux directeurs en 2022-2023.


La quatrième marche : L’investissement modéré


Cette marche représente l’endroit où la majorité des investisseurs placera leur capital : Dans des actions, ETF et fonds communs de placement.

Clairement, ces classes d’actifs peuvent avoir des niveaux de risques très différents. On fait ici référence à :

  • Actions solides: Blue Chip, Dividend Aristocrat
  • Actions àcroissance : Faible capitalisation
  • ETFs : Places boursières, sectoriels
  • FCP sélectionnes pour leur qualité.
La quatrième marche de la pyramide de la planification financière concerne les actifs au profil de risque relativement élevés.

Ces produits sont un peu plus risqués que ceux qui se trouvent aux marches inférieures de la pyramide. La volatilité inhérente de ces actifs les rend moins prévisibles et oblige l’investisseur à adopter un horizon d’investissement plus long afin de rentabiliser son investissement. Ainsi, ces placements ne sont pas très liquides car il faut leur laisser du temps pour générer les rendements espérés. Il faut aussi garder à l’esprit que ces investissements peuvent perdre en valeur et réduire votre capital.


La cinquième marche : L’investissement agressif


L’avant-dernière marche de la pyramide concerne les investissements dits “agressifs”. Ces actifs sont réservés aux investisseurs qui ont déjà posé les bases de leur stratégie et qui cherchent à se diversifier davantage.

On parle notamment des produits suivants :

  • Les niches fiscales.
  • Les matières premières.
  • Les produits dérives.
La cinquième marche de la pyramide de la planification financière concerne les actifs au profil de risque élevé.

Les niches fiscales sont un placement réservé aux investisseurs avertis qui ont un patrimoine élevé car les identifier et en profiter requiert une expertise en comptabilité. Souvent, il faut engager un comptable spécialisé qui va vous aider à optimiser votre fiscalité.

Les matières premières sont aussi des actifs agressifs car leur cours sont volatils et très sensibles au contexte macroéconomique et géopolitique global. Il faut donc connaître ce milieux et savoir le naviguer pour espérer générer des gains à long-terme. De plus, la majorité des ETF matières premières sont constitués de contrats de futurs, ce qui ajoute un risque supplémentaire avec lequel il faut être confortable.

Enfin, les produits dérivés et les cryptos requièrent aussi un certain niveau d’expertise afin de générer des gains et ne pas succomber aux tentations de la spéculation à court terme.


La sixième marche : L’investissement très agressif


La dernière marche de la pyramide parle des investissements très agressifs :

  • L’art et les NFT.
  • Les IPO.
  • L’immobilier.
  • Les métaux précieux.
  • Les actifs OTC.
La sixième marche de la pyramide de la planification financière concerne les investissements au profil de risque très agressifs.

La dernière marche de la pyramide concerne les actifs à haut risque qui requièrent une tolérance au risque élevée ainsi qu’un certain niveau d’expertise. Il est déconseillé aux débutants de s’aventurer à investir dans ces actifs s’ils n’ont pas encore posé les fondations de leur stratégie à long-terme.


Comment appréhender ?


Les deux idées principale de la pyramide sont :

  • Vous devez commencer par la base et progressivement passer aux échelons supérieurs.
  • La largeur de chaque marche représente le niveau de capital que vous devriez consacrer à chaque type d’investissement.

Ainsi, une part plus importante du portefeuille devrait être consacrée aux entreprises Blue Chip qu’aux entreprises a très faibles capitalisations boursières. Aussi, vous devriez investir davantage de capital dans des ETF qui traquent le S&P 500 ou le Nasdaq qu’à acheter ou vendre des Call Options.

Le temps est aussi un facteur essentiel. C’est pourquoi il faut d’abord s’occuper des outils de gestion du risque de la première marche avant même de vous constituer un fonds d’urgence, l’étape qui précède aussi l’investissement en bourse.

Enfin, différents investisseurs ont des circonstances différentes, qui peuvent affecter la pyramide. Un individu de 45 ans au sommet de sa carrière professionnelle investira une plus grande part de son capital dans des actifs à forte croissance qu’un individu qui approche l’âge de la retraite, qui mettra davantage l’accent sur des investissements peu risques qui génèrent un revenu régulier.

En somme, la pyramide est une feuille de route qui peut aider les gens à déterminer leurs priorités dans l’élaboration et l’implémentation d’une stratégie à long-terme.

Elle nous rappelle aussi la relation entre le risque et le rendement afin de nous rappeler à la raison et de nous encourager à poser les fondements avant de s’aventurer à chercher les gros rendements. Cela dit, dites-vous qu’il n’existe aucun actif sans risque : Une obligation d’Etat peut générer un rendement réel négatif s’il ne suit pas l’inflation et les assurances-décès représentent une perte sèche si vous vivez plus longtemps que la durée du contrat.


Recevez nos actualités directement dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité


Tim Bandou

Tim Bandou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonne-toi à ma newsletter

Holler Box