Les monnaies numériques des banques centrales sont-elles le futur de l’argent ?

Les monnaies numériques des banques centrales sont-elles le futur de l’argent ?


Saviez-vous que le marché des cryptomonnaies a récemment dépassé les $3000 milliards de capitalisation boursière ?

En un peu plus d’une décennie, cette classe d’actifs a complètement révolutionné la finance.

En effet, l’essor des cryptomonnaies a transformé la façon dont les particuliers et les entreprises perçoivent l’argent. Pour la première fois dans l’histoire, les gens ont accès à un système financier décentralisé, transparent et efficace qui échappe largement au contrôle gouvernemental.

Les banques centrales du monde l’ont remarqué et souhaitent moderniser leur infrastructure financière. Alors que la plupart des banques centrales étudient simplement les monnaies numériques et essayent d’anticiper leurs impacts potentiels sur le système monétaire, d’autres les ont déjà introduites dans leurs économies respectives.

Dans cet article, je vais expliquer le concept de monnaie numérique, j’expliquerai pourquoi les banques centrales les implémentent, et je présenterai les différents pays qui les implémentent et qui les étudient.


Qu’est-ce qu’une monnaie numérique ?


Une monnaie numérique est une monnaie fiduciaire émise sous forme numérique. Au lieu d’imprimer des billets papier et de frapper des pièces, une banque centrale produira de l’argent en saisissant des chiffres sur un ordinateur ou un appareil similaire.

En vérité, la plupart des banques centrales émettent déjà des monnaies numériques. Cependant, elles ne sont utilisés que par les banques et autres institutions financières qui les utilisent comme réserves monétaires. Ainsi, la prochaine étape logique est la création d’une monnaie numérique que le grand public utilisera pour acheter et vendre des biens et des services.

En somme, une monnaie numérique n’est rien de plus qu’un billet de banque numérique. Les banques centrales explique que les monnaies numériques n’ont pas vocation à remplacer l’argent physique – du moins pas pour l’instant.


Une monnaie numérique est-elle une cryptomonnaie ?


Il est important de noter qu’une monnaie numérique n’est pas une crypto-monnaie.

En fait, les deux sont très différents.

En effet, les crypto-monnaies sont une forme de monnaie privée. Elles sont basés sur la technologie de la Blockchain, qui est open-source et décentralisée. Au contraire, une monnaie numérique est émise par une banque centrale, et la Blockchain reste privée et centralisée.

De plus, les crypto-monnaies sont souvent basées sur un projet ou un simple effet de réseau. Par conséquent, leurs prix sont très volatils. En revanche, une CBDC est un passif d’une banque centrale donnée, elle est donc rattachée à la monnaie d’un pays et conserve sa valeur au fil du temps.


Les monnaies numériques sont-elles une évolution inévitable ?


Traditionnellement, l’argent se présente sous la forme de billets de banque et de pièces de monnaie.

Cependant, la technologie moderne permet aux gouvernements et aux institutions financières de passer à un modèle de gestion de l’argent plus efficace. En effet, les grandes économies mondiales sont de plus en plus dépourvues d’argent liquide.

Cette tendance a été initiée par l’adoption des cartes de crédit et des comptes bancaires électroniques et a depuis été accélérée par la pandémie de Covid. Aujourd’hui, les banques centrales et les gouvernements envisagent de numériser l’ensemble du système monétaire.

Pour l’instant, le papier-monnaie physique est encore largement accepté et utilisé dans les transactions quotidiennes. Cependant, au fil du temps, il est raisonnable de croire que l’adoption des CBDC, de la crypto-monnaie et de la technologie Blockchain accélérera la transition vers une société 100% numérique et sans numéraire.


Quel est l’intérêt d’une monnaie numérique de banque centrale ?


Aux États-Unis, jusqu’à 5 % des adultes n’ont pas leur propre compte bancaire. En outre, 13 % des adultes américains qui ont des comptes bancaires sont considérés comme sous-bancarisés, car ils utilisent souvent des alternatives bancaires inefficaces et coûteuses telles que les prêts sur salaire, les services d’encaissement de chèques et les mandats.

Dans les marchés émergents, ces chiffres sont nettement plus élevés. Forbes affirme que 1,7 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à un compte bancaire. Dans de nombreux pays, jusqu’à 85 % de la population adulte n’a pas de compte bancaire.

Cela représente une opportunité de présenter les CBDC à des personnes qui ne connaîtront jamais le système bancaire hérité. L’objectif principal derrière la création et l’adoption des CBD est d’établir un cadre financier plus accessible et inclusif. Les CBDC offriront aux consommateurs et aux entreprises la confidentialité, la commodité, l’accessibilité, la transférabilité et la sécurité financière.

En outre, les CBDC simplifieront également les processus financiers, car la technologie Blockchain permet des règlements plus rapides, une plus grande sécurité, des coûts réduits et des transactions transfrontalières moins chères.

En effet, une Blockchain se compose de blocs d’enregistrement horodatés avec une activité de transaction cryptée qui est auditée en continu par tous les participants au réseau vérifiés.

À terme, la technologie Blockchain pourrait très bien remplacer l’infrastructure numérique existante.


Quels pays ont déjà implémenté une monnaie numérique ?


Des dizaines de banques centrales à travers le monde étudient l’impact potentiel des CBDC sur le système monétaire mondial. Au total, on estime que 100 pays explorent les CBDC, qu’il s’agisse de les rechercher, de les tester ou de les distribuer.

Au moment où je rédige cet article, plusieurs pays et territoires ont lancé leurs propres CBDC entièrement fonctionnelles :

  • La Chine est la plus avancée, ayant déployé le renminbi numérique (appelé e-CNY), et compte plus de 260 millions d’utilisateurs et près de 14 milliards de dollars de yuans numériques échangés jusqu’à présent. –
  • Le ‘Sand Dollar’ du Bahamas– l’itération numérique du dollar des Bahamas – est en circulation depuis octobre 2020.
  • La Banque centrale des Caraïbes orientales, qui gère les affaires monétaires de Monserrat, de la Dominique, de Sainte-Lucie, de la Grenade, d’Antigua-et-Barbuda, de Saint-Vincent-et-les Grenadines et de Saint-Kitts-et-Nevis, a introduit le DCash, sa propre forme de chaîne numérique basée sur la blockchain. devise.
  • La banque centrale du Nigéria a introduit l’eNaira, une monnaie numérique indexée sur la monnaie physique du pays, le naira. Le public nigérian peut acheter l’eNaira par l’intermédiaire d’institutions financières, puis transférer les jetons numériques sur ses propres portefeuilles électroniques.

Les pays qui étudient l’implémentation d’une monnaie numérique


En parallèle, plus de 80 pays à travers le monde explorent actuellement la possibilité de mettre en place des CBDC dans un futur proche :

  • La banque centrale de Suède développe une preuve de concept et étudie attentivement la technologie et les implications des CBDC. La Suède est déjà une société quasi sans numéraire, de sorte que le public adopterait probablement l’idée d’une monnaie purement numérique.
  • La Réserve fédérale des États-Unis a publié un rapport indiquant qu’une “CBDC pourrait fondamentalement changer la structure du système financier américain”. En mars 2022, le président américain Joe Biden a chargé les agences fédérales d’évaluer ce qui est nécessaire pour mettre en œuvre les CBDC.
  • La Banque centrale européenne a également publié un rapport indiquant que “l’euro numérique serait une forme sans risque de monnaie de banque centrale”. – La banque centrale indienne a annoncé qu’elle publierait une roupie numérique en 2023, qui, selon les autorités, ressemblera à des “billets de banque dématérialisés”.
  • En janvier 2022, le gouverneur de la Banque centrale de Jamaïque a déclaré que “” En 2022, nous commencerons à planter les racines de la monnaie numérique dans le cœur et l’esprit des citoyens “. En effet, la Jamaïque prévoit de déployer sa propre monnaie numérique plus tard cette année.
  • La Banque centrale d’Angleterre étudie la possibilité d’intégrer la CBDC dans son système financier.
  • La Banque centrale du Canada étudie les impacts de la mise en place des CBDC.

De toute évidence, les CBDC sont de plus en plus populaires et seront introduites dans la plupart des économies développées.


Quels sont les risques des monnaies numériques ?


Comme pour toute nouvelle technologie, les CBDC ne sont pas sans risques.

En février 2022, la Réserve fédérale des États-Unis a publié un document dans lequel elle identifie trois principaux risques posés par l’adoption des CBDC.

Le premier risque est le fait que d’éventuelles “brèches de sécurité des systèmes permettant l’utilisation d’une CBDC pourraient avoir des effets immédiats sur les systèmes de paiement et les consommateurs. Une attaque ou une perturbation d’un accord CBDC peut entraîner des effets de suivi qui peuvent poser des risques plus larges pour les marchés financiers, les économies et les institutions émettrices de devises ».

Le deuxième risque est la protection des informations personnelles sensibles des utilisateurs. La Fed souligne que les informations personnelles doivent être « conservées en toute sécurité pour éviter que les consommateurs ne soient victimes de fraude et de vol […] ainsi que de divulgation non autorisée d’informations ».

Le troisième risque est que la fraude « entraînerait finalement non seulement une perte de confiance dans l’instrument monétaire numérique lui-même, mais aussi une atteinte à la réputation de la banque centrale ».


Recevez nos actualités directement dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité

Tim Bandou

Tim Bandou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonne-toi à ma newsletter

Holler Box